Ensemble Scolaire Le Beau Rameau

 
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

L'actualité du Collège

Les élèves du Beau Rameau à Festiv’arts

Envoyer Imprimer PDF

 Chaque année les élèves de l’atelier arts créatifs et de couture du Collège Le Beau Rameau présentent leur réalisation à Festiv’arts d’Arros Nay.

 

 Depuis plusieurs semaines, ils travaillaient sur le thème « gourmandise ».

A l’aide de matériaux de récupération, ils ont fabriqué « un gâteau glacé aux mots gourmands et sa recette poétique »

Ce dernier a pu être exposé tout le week-end dans les rues du village d’Arros Nay et a remporté un vif succès auprès du public.

Les élèves de couture ont quant à eux confectionné des poupées de chiffon gourmandes, éléments de décorations du gâteau.

 Pendant les ateliers arts créatifs animés par mesdames Bonnet et Ségot, ils sont initiés à toutes sortes de techniques(modelage, cartonnage …)

Ils ont notamment réalisé le logo du collège en mosaïque et un grand panneau peint pour l’entrée de leur établissement.

L’activité couture animée par Mme Castéran, connaît quant à elle, un succès toujours renouvelé.

 Bravo et merci aux élèves pour leur investissement et leur participation.

 



 

 

 

Arts plastiques au collège

Envoyer Imprimer PDF
Quelques productions de nos élèves en arts plastiques.
 

Voyage à Rome des 4èmes

Envoyer Imprimer PDF

Mardi 9/04 :

Nos élèves sont en route vers Rome, le départ s'est fait lundi vers 10h45.

Message des enseignants

Le trajet en bus se déroule bien et les élèves sont très agréables.

 

A 9h00, arrivée sur Rome, le groupe se dirige vers le restaurant pour le petit déjeuner.

Mercredi 10/04

Message des enseignants : Tout se déroule bien. La nuit s'est bien passée.Les élèves sont ravis.La journée se déroulera principalement au VATICAN et en prime il fait très beau.

Jeudi 11/04 :

Message des enseignants à midi : tout se passe bien et toujours très beau temps en Italie

Résumé de la 1ère journée:

"Suite à la nuit passée dans le bus, nous sommes arrivés à Rome au matin. Après un petit déjeuner au café/restaurant L'800, nous avons visité une première église. Ensuite nous avons retrouvé Francesca, le guide qui nous accompagne pendant les 2 jours de visites. Elle nous a fait visiter la grande église Saint-Clément ainsi que ses souterrains. Pour le déjeuner nous sommes repartis au L'800 où nous avons mangé des pattes à la tomate et des glaces. Durant l'après-midi nous avons visité une cathédrale avant de prendre le métro pour se rendre à la fontaine de Trevi. Un temps libre nous a été accordé pendant 30 minutes pour aller faire des emplettes. Pour terminer les visites nous avons été voir le Piano qui permet une très belle vue de Rome. Pour repartir prendre le bus nous sommes passés devant le Colisée. Le soir après nous être installés, nous avons mangé au restaurant de l'hôtel. Certains d'entre nous sont ensuite aller se défouler au bord de la plage pendant que les autres sont restés à l'hôtel pour se reposer. Et tout le monde a enfin retrouvé sa chambre vers 23h00 après une journée bien remplie.

Les 4ème en Italie".

Sentiment d'une élève :

  "Après les deux jours magiques passés à Rome, c'est déjà l'heure du départ. Nous avons préparé nos valises et rangé les chambres puis nous sommes allés nous promener dans la ville de Anzio. Ensuite nous avons été à la plage où nous avons pu tremper nos pieds... Et voilà il est temps de partir malgré ce soleil... Merci beaucoup pour ce voyage!"

Résumé fait par Océane H. 

 

Articles de presse

Envoyer Imprimer PDF

 

Première Guerre Mondiale : La mémoire des soldats de la plaine de Nay transmise aux élèves

Envoyer Imprimer PDF

 Répondant à l’invitation des professeurs d’histoire M.Hourtic et R.Cassaro qui s’efforcent de replacer les sujets d’enseignement des programmes nationaux dans l’histoire locale pour faire  sens aux élèves et faciliter leur compréhension, le bénéjacquois Gérard Moutche est venu présenter  ses travaux de recherche sur  les destins des soldats de la Plaine de Nay lors de la Grande Guerre de 14-18. Ces recherches donneront lieu à la publication d’un ouvrage l’année prochaine pour la commémoration du centenaire du début de ce conflit. Des quelques 10 000 béarnais morts pour la France, près d’un millier étaient originaires des 24 communes des deux cantons de Nay. 

 De leur mobilisation le 1er août 1914 pour la plupart au 18ème R.I. de Pau puis leur départ le 4 août vers la Belgique pour livrer les premiers combats après une dizaine de jours de voyage en train, de la bataille d’Eton dans la Meuse  à celle de la Marne, du chemin des Dames à la saignée de Verdun, ce sont les destins de ces soldats que le conférencier à raconter aux 80 élèves de 3ème et de 1ère de l’ensemble scolaire du Beau Rameau. Destins retracés  à partir des lettres et cartes postales envoyées du front, des carnets de campagne rédigés et dessinés par les soldats, et par un travail minutieux de recherche sur les archives militaires. Une conférence richement illustrée des aquarelles de l’artiste béarnais Eugène Gabard marqué à jamais par ce conflit  et de  documents inédits et encore jamais publiés comme les photographies prises par le docteur nayais François Lacq mobilisé dans le service de santé des armées, parti avec l’un des premiers appareils photographique portatif de l’époque et rapportant des clichés inestimables.

 

  Au-delà de l’expérience combattante, de la violence des affrontements et des conditions de vies effroyables dans les tranchées, Gérard Moutche s’est aussi évertué à montrer  que malgré tout, dans les rares moments de calme, les béarnais savaient vivre et maintenaient des liens avec leur Sud-Ouest  natal, non seulement par  la correspondance échangée  avec celles et ceux restés au « village »  mais par l’organisation par exemple  en 1915 d’un  pèle porc au front « coum a case » ou encore les parties de rugby  comme celle jouée en 1916 face aux soldats du  58ème régiment d’artillerie.

Devoir de mémoire indispensable pour les jeunes générations, cette rencontre fut l’occasion pour les élèves de découvrir leurs établissements de Bétharram et d’Igon transformés en hôpitaux de convalescence pendant la guerre illustrant ainsi un pays tout entier mobilisé derrière ces soldats.

 

 

 

 


Page 7 de 15